5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Mathilde (Admin) le Mar 31 Jan - 16:20

Comme convenu, voici un nouveau sujet pour nous permettre d'approfondir nos recherches et faire des liens entre les deux courants que nous avons choisi, le béhaviorisme et le constructivisme. Notez donc dans cette catégorie quelles sont, selon vous, les ressemblances et différences entre ces deux théories, et pourquoi existent-elles.


Mathilde (Admin)
Admin

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://entrebetc.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Alexandra D le Mar 31 Jan - 19:17

En ce qui concerne les ressemblances, j'ai remarqué que les deux courants que nous traitons proposent un apprentissage progressif. Le béhaviorisme fonctionne par "paliers", c'est à l'acquisition d'un comportement ou à son retrait que l'apprenant pourra accéder au palier supérieur ou plutôt suivant de son enseignement, quand le constructivisme lui permet de progresser par étapes. D'après Piaget, lorsque l'élève a atteint un certain niveau de développement, il va pouvoir passer à l'étape qui suit dans son apprentissage.

Voilà, d'après moi, on est face à deux courants d'éducation qui proposent un découpage de l'enseignement et une pédagogie progressive.
Wink

Alexandra D

Messages : 23
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Mathilde (Admin) le Mer 1 Fév - 13:02

J’ai également pu remarquer une ressemblance dans le statut de l’erreur dans ces deux courants. En effet, les deux théories donnent à l’erreur une place importante dans les apprentissages. On observe que l’inexactitude est constitutive de l’éducation.

Par exemple, dans le courant béhavioriste, l’erreur est considérée comme des accidents, qui révèlent des sous-objectifs mal découpés, ou du moins insuffisamment décomposés. Elles sont donc à considérer comme des moments clés dans l’apprentissage de l’enfant.

Dans le constructivisme, les erreurs sont révélatrices de conceptions inappropriées et inadéquates. Les essais/erreurs sont nécessaires dans la construction du savoir. Les avantages de cette façon de voir les erreurs permettent à l’enfant de donner du sens à son apprentissage car il est confronté à un problème qu’il doit résoudre. De plus, les compréhensions initiales de l'élève, qui étaient des conceptions inadéquates, ayant été soit supprimées soit reforgées, elles ne risquent pas de réapparaitre. Ainsi, grâce à ses essais et ses erreurs, l’enfant possède des savoirs et des connaissances solides et durables, car il les a construit lui-même.

Cependant, cette manière de considérer l’erreur a tout de même des inconvénients. L’enseignement en accord avec ces courants demande du temps, et nécessite de l’enseignant un haut niveau de compétence quant à la conception et à la gestion de ses leçons. Il est également parfois difficile de trouver des situations situations/problèmes appropriées. Enfin, l’erreur engendre une déstabilisation de l’élève, et celle-ci est parfois difficile ou délicate chez certaines enfants, notamment chez les élèves en difficulté scolaire.

Mathilde (Admin)
Admin

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://entrebetc.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Alexandra D le Mer 1 Fév - 15:43

Pour rejoindre ce que tu dis Mathilde, on peut évoquer l'idée que le béhaviorisme et le constructivisme sont des courants d’apprentissage et non d'enseignement. Nous l'avons évoqué dans les sujets précédents, ce n'est plus juste une simple transmission mais pour l'un une inculcation ou un formatage et pour l'autre, une construction active des ses connaissances.

Au niveau des différences, j'ai remarqué que le béhaviorisme place les apprentissages au cœur de son enseignement alors que pour le constructivisme, cet apprentissage est centré sur l'élève. L'apprenant est au cœur de la construction de ces connaissances.

Enfin, et en lien avec ce que j'ai dit précédemment, il se trouve que l'on est ici face à deux conceptions pédagogiques bien différentes. Elles divergent quant à la conception de l'objectif de leur apprentissage. En effet, le béhaviorisme tend au formatage d'un être par l'inculcation de comportements et par le retrait de certains autres, alors que le constructivisme n'est pas dans cette instrumentalisation de l'apprenant. Il vise à l’émancipation et à l’autonomisation de l'individu, du sujet.
farao



Ce me semble utile à notre comparaison santa

Alexandra D

Messages : 23
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par ManonB le Mer 1 Fév - 16:55

Bon ba moi je vais m'aventurer sur les différences entre les deux modèles, les divergences. Twisted Evil

Et je commence tout de suite avec la mise en œuvre des pédagogies inspirées soit du constructivisme soit du béhaviorisme. En effet, il semble que, d’une part, le béhaviorisme prône une progression suivit de très près, un apprenant encadré stade par stade : des parcours sont prédéfinis et l’élève doit passer par chaque étape, la valider, pour pouvoir ensuite passer à l’étape suivante.
A l’inverse, le constructivisme encourage la liberté de l’apprenant dans ses apprentissages : c’est à lui d’explorer le monde qui l’entoure, découvrir les phénomènes qu’il observe et c’est à lui de construire et complexifier sa pensée. En classe, l’enfant choisi les domaines qui l’attire et progresse à son rythme. L’adulte (en classe l’enseignant) devient un guide qui suit de loin la progression de l’enfant, n’a pour rôle que de le soutenir et l’encourager dans ses apprentissages.

ManonB

Messages : 15
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par ManonB le Mer 1 Fév - 17:13

Et une autre divergence nous apparait donc en lien direct avec la précédente : le type de progression proposé par les deux mouvements.
Le béhaviorisme présente une évolution de l’enfant par paliers : ils correspondent aux comportements attendus pour une certaine étape que l’enfant ne peut valider qu’en montrant ce comportement (visible donc à l’adulte).
La constructivisme, différemment, présente une évolution en stades d’apprentissages, sans nécessairement de production de comportements : l’enfant apprend et progresse à son rythme. Ces progrès cognitifs sans contraintes de temps varient suivant chaque enfant même si Piaget tente à montrer une progression similaire à tous les individus (stade atteint à des âges assez précis).

ManonB

Messages : 15
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Alexandra D le Mer 1 Fév - 17:18

Puisque l'on est dans la différenciation des deux modèles, je crois qu'on peut aussi noter que dans le constructivisme, on apprend en résolvant des problèmes alors que dans le béhaviorisme, les apprentissages résultent d'une modification des comportements.

Alexandra D

Messages : 23
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par ManonB le Mer 1 Fév - 17:35

une modification des comportements due à la confrontation de problème aussi, non ?

Dans les deux théories on résout des difficultés pour évoluer, je trouve pas la différence si grande que ça Shocked

ManonB

Messages : 15
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Mathilde (Admin) le Mer 1 Fév - 17:40

Merci pour vos réponses ! C'est très intéressant de noter tous ces aspects qui peuvent diverger selon les courants que l'on étudie.

Manon, je pense que la plus grande différence, qui est tout de même relativement importante, c'est que le premier courant, le constructivisme, vise à l'autonomie de l'enfant, pour qu'il puisse par la suite résoudre seul les problèmes grâce à son expérience passée. Or, dans le second courant, le béhaviorisme, on cherche à lui inculquer une expérience.On l'oblige à penser comme on veut qu'il pense. Alors, si le résultat est le même, à savoir la solution aux problèmes, le procédé diffère largement.
As-tu compris ce que je voulais dire ? Je ne suis pas sûre d'avoir été claire ni d'avoir répondu à ta question.  

Mathilde (Admin)
Admin

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://entrebetc.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Alexandra D le Mer 1 Fév - 18:45

Oui, je n'étais sûrement pas très claire. Comme Mathilde l'a expliqué, je voulais souligner la différence de méthodologie des deux modèles. J'espère t'avoir convaincu cette fois. Laughing

Alexandra D

Messages : 23
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Mathilde (Admin) le Mer 1 Fév - 19:06

Pour compléter et étayer les différences que l'on peut retrouver entre ces deux courants, je pense que l'on peut parler de la différente façon de percevoir et de prendre en compte les conceptions initiales des apprenants selon les courants théoriques.

Par exemple, la prise en compte des conceptions initiales de l’apprenant pose le contexte de chaque théorie : Dans le béhaviorisme, Watson pense qu’il peut créer l’enfant qu’il veut, peu importe son passé, ses conceptions initiales, et cela seulement par l’éducation qu’il va lui apporter. Selon lui, on ne peut pas savoir ce qui se passe dans la tête de l’enfant, il la compare à une « boite noire ».
Dans le courant constructiviste, on centre la connaissance sur l’enfant. On considère que c’est l’apprenant va qui construire ses connaissances, et qu’il va pouvoir faire cela seulement à travers ses propres représentations. Elles ne peuvent donc pas être mises de côté mais elles vont être à la fois le point de départ, et le résultat de l’apprentissage. Contrairement au béhaviorisme, le constructivisme pense que chaque enfant construit la réalité, sa réalité, et l’interprète grâce à ses perceptions et à ses expériences personnelles. Pour illustrer mes propos, voici une citation de Bachelard, qui explique bien la manière de considérer les conceptions initiales de l’apprenant : « Quel que soit son âge, l’esprit n’est jamais vierge, table rase ou cire sans empreinte » (Bachelard, 1938). Il est donc nécessaire, dans ce courant théorique, de prendre en compte l’expérience de l’enfant pour construire un apprentissage qui a du sens pour lui.

Mathilde (Admin)
Admin

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://entrebetc.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Mathilde (Admin) le Mer 1 Fév - 19:10

De même que mon post précédent sur la différence de perception des deux courants concernant la prise en compte des conceptions initiales des enfants, le béhaviorisme ne prend pas en compte les émotions des apprenants, ni ses sentiments ni ses particulières envies. Une citation qui prouve ce point de vue : « Confiez moi une douzaine d’enfants en bonne santé, bien constitués, (…) et je vous garantis que quel que soit l’enfant que je prends je le ferai devenir le spécialiste de mon choix » (Watson). En utilisant la formation « stimili/réponse », Watson ne prend pas en compte les perceptions uniques de chaque enfant, il va plutôt le former, créer les comportements qu’il souhaite. Ainsi, par la seule manipulation, on peut former des enfants à être, à devenir ce que l’on désire. Selon moi, ce courant théorique ne permet pas une réelle éducation dans le sens où elle permet à l’enfant de devenir autonome, mais les apprentissages s’apparentent plus à un conditionnement, une manipulation de l’enfant et de ses désirs. Dans cette théorie, j’ai l’impression que la manipulation serait considérée comme étant essentielle pour susciter la motivation des élèves et éviter des égarements de leurs parts, ou à des raisonnements erronés, c’est pourquoi on utiliserait des stimuli/réponses. La manipulation, ou bien le conditionnement imposerait une dynamique et empêcherait que l’enfant soit dans une posture passive. Cependant, je trouve que la manipulation a un effet négatif, car elle imposerait une relation de force et de « mensonge », on manipulerait l’enfant à son insu, de manière officieuse et néfaste, pour le faire devenir qui on veut qu’il devienne.
Au contraire, le constructivisme prend en compte chaque aspect qui différencie les élèves entre eux, dont les émotions. Les chercheurs constructivistes ont conscience que l’enfant n’est pas vierge de tout, il n’est pas une table rase sans aucun conceptions initiales, et il faut donc prendre en compte cela pour l’amener à une éducation complète. Dans cette théorie, les émotions des enfants, tout autant que leurs perceptions et leurs expériences passées sont au centre des apprentissages.

Mathilde (Admin)
Admin

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://entrebetc.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par yinpingL le Mer 1 Fév - 19:28

En ce qui concerne les ressemblances entre ces deux théories, on peut voir que le béhaviorisme et le constructivisme, ont tous les deux une influence sur l’environnement. Cependant, ils ne prennent pas en compte l’environnement social de l’élève et du sujet. cat


Ces deux théories sont quand même différentes. Dans le constructivisme, l’élève dirige son apprentissage. Mais dans le béhaviorisme, ce rôle est joué par l’éducateur. Une autre différence est que le béhaviorisme s’attarde sur comportement des élèves, alors que le constructivisme s’intéresse à l’épanouissement des élèves. clown

yinpingL

Messages : 6
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par ManonB le Mer 1 Fév - 21:48

Exact Yinping Wink Et on peut trouver de ce fait une nouvelle ressemblance : la motivation par objectif. Smile
Dans les deux théories, pour atteindre les différents paliers ou stades, l’apprenant est motivé par objectif. En effet, le fait de progresser permet d’atteindre certains objectifs fixés ce qui va motiver à en atteindre encore d’autre. Cela va former un cercle vertueux d’apprentissage où l’apprenant est motivé par l’atteinte d’objectifs croissants (que ce soit lui-même qui les ai défini ou l'adulte). king

ManonB

Messages : 15
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par ManonB le Mer 1 Fév - 21:56

Et une autre ressemblance un peu plus basique aussi mai qu'il est utile de rajouter, la possibilité pour les deux théories d’inclure des outils TIC sans être en contradiction avec leurs pédagogies. Les outils TIC les valorisent même et démontrent leur utilité en les appliquant à une réalité sociale : la pédagogie. Wink
Je trouve que c'est la meilleure façon de se rendre indispensable, suivre les progrès de la société mais sans renier ses fondements.

ManonB

Messages : 15
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Mathilde (Admin) le Mer 1 Fév - 21:57

Merci Manon, tu introduis presque parfaitement mon nouveau post. Je tenais à vous parler d'une ressemblance entre ces deux courants : La progression au rythme de l’élève.

Par cela, j’entends que ces théories prennent en compte le rythme biologique de l’enfant. Dans le constructivisme, Piaget a été le premier à parler de stades de développement chez l’enfant, qui, selon lui, correspondrait à l’évolution de la pensée et de l’intelligence de l’enfant. Il est donc tout à fait compréhensible qu’il mette en lien les apprentissages avec les différents stades.
Dans le courant béhavioriste, l’enseignant est attentif aux possibilités et à l’évolution individuelle de chaque élève. Il propose des activités adaptées aux besoins de l’enfant, pour le faire progresser. Ainsi, l’élève a une progression propre à lui-même, propre à son rythme. Il est souvent en situation de réussite car il suit son évolution, il est donc en mesure de réussir ce qu’il entreprend, grâce à des objectifs précis et des activités pensées soigneusement par l’enseignant.

Mathilde (Admin)
Admin

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://entrebetc.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par ManonB le Mer 1 Fév - 22:07

Et l'enseignant garde quand même un rôle heureusement Wink

Ah oui, et aussi une dernière (et promis après j’arrête !), les deux modèles sont basés sur la répétition. Pour le béhaviorisme comme le constructivisme, l’apprenant ne peut intégrer ses connaissances qu’en répétant les mêmes expériences, réutiliser plusieurs fois les mêmes modèles pour les automatiser. On pourrait ouvrir sur l’apprentissage distribué : pour apprendre vraiment, il faut apprendre plusieurs fois, entrecoupé de période de repos.

ManonB

Messages : 15
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Mathilde (Admin) le Mer 1 Fév - 22:18

Ta participation est toujours très intéressante, nous te lisons avec plaisir Laughing

J'ai une dernière similitude à vous proposer : En effet, on peut voir que ces deux courants sont issus de la même conception de l’éducation nouvelle, c’est-à-dire que les apprentissages dans ces courants mettent en lumière la pédagogie active. Ils font en sorte que l’enfant soit actif dans ses apprentissages : il doit être acteur de son éducation. Elles affirment que c’est en agissant, en résolvant des situations/problèmes que l’on apprend. L’apprenant doit donc être motivé et constructif.

il me semble que c'est une ressemblance forte entre ces deux courants, même si l'on a vu dans les posts précédents qu'ils comportent également de nombreuses différences.

Mathilde (Admin)
Admin

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://entrebetc.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Alexandra D le Jeu 2 Fév - 15:57

Mathilde (admin) a écrit:En effet, on peut voir que ces deux courants sont issus de la même conception de l’éducation nouvelle, c’est-à-dire que les apprentissages dans ces courants mettent en lumière la pédagogie active.

Je ne suis pas tout à fait d'accord sur ce point. Le béhaviorisme ou comportementalisme puisqu'il formate des comportements souhaités par l'éducateur, l'élève n'est-il pas passif dans son apprentissage ?
Je comprends ton point de vue concernant certains exercices mis en place selon cette pédagogie mais lorsque l'on parle des applications de Skinner par exemple, cela ne fonctionne pas car les renforcements "contrôle" en quelque sorte les actions de l'éduqué.

Alexandra D

Messages : 23
Date d'inscription : 26/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5ème sujet : Ressemblances et divergences des deux courants

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum